Comment fonctionne le Skin Remodelage ?

Le but du traitement consiste à chauffer la peau suivant deux procédés, le laser infrarouge (lumière = photons) et la radiofréquence (électricité). Les cellules du derme sont alors mises dans un état de stress provoquant ainsi la synthèse de nouvelles fibres de collagène et d’élastine. C’est ce phénomène de « cicatrisation » qui progressivement va améliorer la fermeté, la tonicité et la texture de la peau.

Il faut prévoir 4 séances toutes les trois à quatre semaines en cure d’attaque, puis 1 séance d’entretien tous les 6 mois. Ce raffermissement est progressif, et les effets sont au maximum au bout de 6 mois de traitement.


En pratique

Comment se déroule la séance ?

On applique à la surface de la peau le laser Nd Yag dont les particules de lumière avec des temps d’impulsion différents créent une énergie thermique qui se diffuse dans le derme et les tissus sous-cutanés. Ainsi on chauffe la peau en profondeur, « skin tightening », avec de nombreuses impulsions  puis en superficie, « painting », en balayant la zone.

Dans un deuxième temps avec la radiofréquence, on chauffe la peau en profondeur en Unipolaire puis en superficie en Bipolaire, cette fois-ci grâce à l’énergie électrique transformée en chaleur dans le corps humain

On termine par une lampe LED : La photomodulation qui va potentialiser les effets du laser et de la radiofréquence.


La douleur

Les impacts lasers sont désagréables, même douloureux. Il est nécessaire d’appliquer une  crème anesthésiante locale de contact (EMLA, ANESDERM) une  heure avant la séance sous occlusion.


Effets secondaires

Après la séance apparaissent des rougeurs ainsi que des ronds rouges qui disparaissent en quelques heures et peuvent être facilement masqués par du fond de teint.


Le risque

L’amélioration de la qualité de la peau est nette dans la plupart des cas. Cependant, il semblerait que le traitement ne fonctionne pas dans de rares cas sans que l’on puisse le déterminer à l’avance.

Il semblerait que l’alimentation ait un rôle dans l’efficacité du traitement. C’est pourquoi, il ne faut pas prendre :

– de médicaments anti-inflammatoires (CORTISONE, IBUPROFEN, ASPIRINE)
– d’anti-inflammatoires naturels (CURCUMA, GINGEMBRE)